image slideshow
 
 
 
AccueilMairieVie localeInfos pratiquesEcoleBoesenbiesenSalle des Fêtes
 
 
 
 
Boesenbiesen - Presse locale - Emploi - Météo -


« Octobre - 2018 »
DiLuMaMeJeVeSa
 0102030405
06
07
0809101112
13
14151617181920
212324252627
282930
31
 
dimanche, 30-09-2018
mercredi, 31-10-2018


Les 10 derniers articles !

dimanche 14 octobre 2018

Théâtre alsacien

Le groupe théâtrale de l'ACSL de Boesenbiesen est remonté sur les planches pour préparer activement...


mardi 18 septembre 2018

N’en jetez plus !

Le robot de Paulette est ausculté à fond avant d’être réparé.

Samedi dernier, la salle des fêtes de Boesenbiesen avait l’air d’un petit atelier de bricoleur....


jeudi 06 septembre 2018

Plutôt réparer que jeter, un geste pour notre environnement.

Article DNA

Samedi 15 septembre, l'ACSL de Boesenbiesen reçoit l'association Repair Café du Hahnenberg, à la...


mercredi 05 septembre 2018

Une rentrée en chantant

Une rentrée en chantant pour les élèves du RPI de Schwobsheim/Boesenbiesen.  PHOTO DNA

Au RPI de Schwobsheim-Boesenbiesen, les 66 élèves des trois classes ont fait leur rentrée scolaire...


mardi 04 septembre 2018

Une nouvelle enseignante

Nadia Hug enseigne aux élèves de CE2, CM1 et CM2 à Schwobsheim.  PHOTO DNA

Au RPI de Schwobsheim-Boesenbiesen, c’est Nadia Hug qui a pris hier son poste d’enseignante auprès...


mercredi 29 août 2018

Gym' du Grand Ried

Lundi 10 septembre, c'est la reprise des cours de gym de l'Association de Gym du Grand Ried (AGGR)....


lundi 20 août 2018

Le village du Flammekueche

Michel, derrière son four depuis la première fête.

La 34e fête de la tarte flambée organisée par l’ACSL (Association Culture Sports et Loisirs) s’est...


mardi 14 août 2018

Des tartes flambées bientôt à déguster

Les tartes flambées seront cuites au feu de bois dans cinq fours.

Samedi 18 et dimanche 19 août, l’association Culture Sports et Loisirs (ASCL) de Boesenbiesen...


vendredi 10 août 2018

La tarte flambée en fête

En cuisine, chacun sa place, l'organisation est bien rôdée.

Samedi 18 et dimanche 19 août, l'ACSL (Association Culture Sports et Loisirs) de Boesenbiesen...


mercredi 08 août 2018

Cigo’zelles et Madagazelles

Cigo’zelles et Madagazelles.

Julie Braun et sa sœur Laurence Erbrech, Estelle Danner et Émilie Gauer de l’association...




Les 10 dernières infos !

jeudi 28 juin 2018

COURSE DE MOTOS ANCIENNES

Le Moto-Club du Ried organise la traditionnelle course de motos anciennes le SAMEDI 06 OCTOBRE et...


dimanche 18 mars 2018

CONCOURS DE BELOTE

L'ACSL organise un concours de belote dans le cadre "Roi de la belote du Ried" dans la salle des...


lundi 30 octobre 2017

Semaine du tri

  Programme détaillé en pièce jointe.


jeudi 05 octobre 2017

HALLOWEEN

Le Club des Jeunes est heureux de vous inviter à la soirée d’Halloween, sorcières et monstres en...


jeudi 05 octobre 2017

EXPOSITION

Exposition «  Les mémoires archéologiques » sur la Grande Guerre à la Bouilloire à Marckolsheim du...






 
dimanche 01 avril 2018 Il y a: 203 jours
Categorie: Dossier de presse

Souvenirs de Raid Amazones au Cambodge

Fermer
Envoyer cet article
Send this form











Les Alsaciennes ont choisi de courir ensemble, toujours ensemble.

Article Dna

« Prêtes à repartir »

Les trois “Alsaciennes” ont terminé à une dixième place qui les a ravies, et surprises. Elles se connaissaient peu, elles sont presque devenues inséparables. Impressions.

Muriel Braun, Éliette Heinrich et Delphine Simler sont rentrées de leur Raid Amazones au Cambodge. Souvenirs.

UNE ÉPREUVE SPORTIVE

– Comment êtes-vous revenues de cette épreuve sportive ?

– Delphine Simler  : Comblées. Ce n’est pas insurmontable, cela reste faisable. Il n’y a pas de temps minimum, celle qui veut marcher le fait. Tout le monde y est arrivé.

– Qu’elles ont été les grosses difficultés à affronter ?

– Éliette Heinrich  : La chaleur ! On le savait, on n’a pas été déçu. Sur chaque épreuve, il y en a une qui a bien galéré, a bien donné. Il faut être entraîné a minima. Certaines autres filles sont arrivées sans aucun entraînement, se sont inscrites un mois avant. C’est sûr qu’elles ont mis des heures à terminer. On ne les voyait plus arriver. Les pauvres…

« On ne s’arrête pas, c’est trop bête de s’arrêter »

– Delphine Simler  : J’ai eu mon premier coup de chaud, je sais ce que c’est, maintenant (sourire). Plein de filles se sont arrêtées sur le côté, ont fait des malaises. On n’en était pas là. Après, on ne s’arrête pas, c’est trop bête de s’arrêter. Alors on s’accroche. Sinon, quand cela ne va plus, tu lèves les yeux et cela te motive.

– Vous êtes-vous prises au jeu du classement ?

– Delphine Simler  : Si on a eu un bon classement, c’est qu’on a su s’aider. C’est le but quand tu pars en équipe. Des filles étaient meilleures que nous, mais elles n’avaient pas cet esprit. Certaines s’engueulaient.

– Éliette Heinrich  : On ne venait pas pour le classement, puis quand on a vu qu’on était bien classée, on a fini par se prendre au jeu. Nous étions trop fières. On nous suivait, on n’avait pas le droit de craquer, de décevoir.

– Muriel Braun  : Au fil des jours, cela allait de mieux en mieux, il n’y avait plus de douleur. C’est assez incroyable. Après trois jours, il n’y avait plus rien. On craignait la dernière épreuve, à pied, c’est celle qui est la mieux passée. C’était presque facile. Beaucoup de sportifs nous le disaient : jour après jour on a moins mal.

SOUVENIRS D’UN PAYS

– Que retenez-vous de ce coin du Cambodge que vous avez vu ?

– Delphine Simler  : Les gens là-bas sont adorables, accueillants, ils sourient tout le temps. Ils nous ont reçus chez eux tout naturellement. Avec eux, ce que je retiens, c’est que l’argent ne fait pas le bonheur. Ils ont tous le sourire. On a besoin de quelque chose, il y a toujours quelqu’un pour aider sans rien demander de retour.

– Muriel Braun  : Quand tu donnes, ils disent merci avant de prendre. Quand on commence à discuter, ils veulent toujours nous montrer ce qu’ils font. Ils sont heureux.

– Delphine Simler  : La vie semble simple pour eux. Quand on les voit, avec notre regard, on se dit qu’ils n’ont pas de chance, ces enfants, d’aller aux champs pendant la journée. Alors qu’ils ne vont à l’école que deux jours par semaine. Mais quand on parle avec eux, qu’on les regarde, on a le sentiment qu’ils sont au contraire très chanceux d’être avec les parents quand ils sont au travail.

– Avez-vous fait du tourisme culinaire ?

– Delphine Simler  : Manger sur les marchés, on a évité. Il n’y a pas de frigo, la viande se vend avec des mouches dessus, les poissons sentent de loin. C’est particulier. Cela ne donne pas envie. On a attendu la fin des épreuves…

ENRICHISSEMENT HUMAIN

– Vous vous connaissiez peu. Comment avez-vous géré vos étapes ?

– Delphine Simler  : Chacune a su s’adapter à l’autre, a pu partager ses forces. Sur chaque épreuve, on a tout mis en commun, rien gardé pour soi. Quand l’une est fatiguée, c’est à l’autre de relativiser. Cela ne dure jamais, cela passe toujours, c’est la magie du sport.

– Muriel Braun  : On découvre que tout est dans la tête. Dans le sport, il y a les pieds, le physique, mais si le mental ne suit pas, il n’y a plus rien. Quand nous étions fatiguées, on jurait en alsacien. Personne ne comprenait (rire).

« L’argent récolté, c’est pour le redonner à l’association, pas pour en profiter. Cela ne se fait pas »

– Courir au Cambodge aide à oublier la fatigue ?

– Éliette Heinrich  : Tout le long du parcours, les gens rigolaient, cela les faisait trop rire. Cela nous encourageait. On nous faisait coucou, c’était trop chouette. Les enfants nous attendaient, notre venue était l’attraction.

– Vous avez appris à vous connaître à travers l’effort physique ?

– Éliette Heinrich  : Cela nous a rapprochées. Même nos conjoints, qui ne se connaissaient pas, partent faire du canoë ensemble, ont fait des soirées ensemble, avec les enfants. On va continuer à faire du sport ensemble.

– Courir pour une association, ici Vaincre la mucoviscidose, a fait partie de vos motivations ?

– Muriel Braun  : S’il n’y avait pas eu de cause, on ne serait pas partie. On n’y est pas allée pour du sport, on n’a pas fait de porte à porte pour se faire payer un voyage. L’argent récolté, c’est pour le redonner à l’association, pas pour en profiter. Cela ne se fait pas.

– Éliette Heinrich  : Ce qui nous lie, ce sont les gens qui nous ont suivies, ceux pour qui on a couru.

– Êtes-vous prêtes à repartir ?

– Delphine Simler  : Oui, pourquoi pas. Mais pas l’an prochain, il faut laisser souffler nos maris. Et puis, la préparation est longue. Si on refait quelque chose, cela peut être ici, en Alsace. On le fera toutes les trois, ensemble, pas chacune pour soi.

« Prêtes à repartir »

Les trois “Alsaciennes” ont terminé à une dixième place qui les a ravies, et surprises. Elles se connaissaient peu, elles sont presque devenues inséparables. Impressions.

<< First < Précédent Page 1 Page 2 Suivant > Last >>


 
 
  Site officiel de Boesenbiesen créé avec Typo3. Copyright 2006   Page statique du 22.10.18 05:04:20 Conception et réalisation : Leiby Marc - Loup-Forest Nathalie  
  Historique maintenance  -  Analyse site  Surveillé par Site24x7
Disponibilité cette semaine
Monitoring internetVista® - Monitoring de sites web